fbpx

Entrepreneuriat vs intrapreneuriat : quelle différence ?

Accueil >  Blog >  Entrepreneuriat >  Entrepreneuriat vs intrapreneuriat : quelle différence ?

Au jeu des 7 différences, entrepreneur et intrapreneur ont en réalité beaucoup plus de traits qui les rapprochent que de caractéristiques qui les distinguent. 

La première grande différence, celle sur laquelle on a le plus tendance à s’attarder, est celle de l’environnement dans lequel entrepreneuriat et intrapreneuriat prennent place. Le premier jouit en effet de la liberté de définir ses propres frontières, tandis que le second s’épanouit dans la sécurité du cadre offert par son entreprise. 

Mais en réalité, les deux ne se situent-ils pas sur le même continuum ? Presque toutes les nouvelles organisations naissent aujourd’hui de la vision d’un entrepreneur. Mais elles se reposent aussi sur un ou plusieurs intrapreneurs dans leurs rangs pour continuer d’innover, et ainsi booster leur croissance. 

Reste à savoir à quel stade vous souhaitez intervenir. Et surtout, dans quel contexte vous vous sentez le plus à l’aise pour créer et innover !

 

 

Qu’est-ce qu’un entrepreneur ?

On doit le terme d’entrepreneuriat à l’économiste français Jean-Baptiste Say. Dérivé du verbe entreprendre, l’entrepreneur est une personne qui, à partir d’une idée de business, parvient à lancer une nouvelle entreprise. C’est l’entrepreneur qui prend et assume tous les risques. Pour concrétiser son produit ou service, mais aussi pour fédérer autour d’elle une équipe compétente qui en fera un succès. 

Parmi les nombreuses casquettes de l’entrepreneur, on retrouve celles du créatif et de l’innovateur, capable d’identifier et d’exploiter de nouvelles opportunités. Mais également celle du leader, qui réussit à trouver, organiser et coordonner des ressources aussi bien humaines que matérielles et financières. 

Entreprendre, c’est aussi être visionnaire, et prendre les bonnes décisions au bon moment. Pour réussir, il faut être un peu aventurier, et savoir faire face aux risques et aux incertitudes. 

Les avantages de l’entrepreneuriat 

Bien qu’il soit plus risqué d’entreprendre, les récompenses sont elles aussi plus élevées. Les entrepreneurs peuvent donc potentiellement tout perdre (les fonds et le temps qu’ils ont investis) si leur idée échoue. Mais ce sont aussi eux qui récoltent les lauriers, et une grande partie des profits, lorsqu’elle rencontre le succès. 

Cependant, l’entrepreneuriat offre également d’autres avantages, et notamment : 

  • La liberté et la flexibilité : les entrepreneurs, en tout cas dans les premiers stades de leur projet, n’ont à répondre qu’à eux-mêmes. Si vous ne vous sentez pas vraiment à l’aise dans une routine de bureau, ou que vous n’aimez pas vous voir imposer des contraintes ou objectifs, l’entrepreneuriat vous conviendra certainement mieux ;
  • L’ownership. Votre aventure entrepreneuriale vous appartient à 100 %. Ce sont vos idées que vous concrétisez, et votre plan d’action que vous suivez. De fait, s’il échoue, vous ne pourrez vous en prendre qu’à vous-même. Mais à l’inverse, c’est à votre seul mérite que vous devrez votre réussite ;
  • L’intensité de l’expérience. Si c’est le fait de ne jamais vraiment savoir comment va se dérouler votre journée qui vous motive, c’est que vous avez la fibre entrepreneuriale. Entre rencontrer des investisseurs, négocier avec de nouveaux partenaires, recruter vos collaborateurs ou interroger vos clients potentiels… La seule chose dont vous pouvez être sûr, c’est que la journée filera à 100 à l’heure.  

 

Comment définir l’intrapreneuriat ?

Pour faire simple, un intrapreneur est tout simplement un entrepreneur qui opère dans les limites d’une organisation définie. Concrètement, c’est l’employé d’une entreprise (le plus souvent arrivée à un certain stade de maturité) à qui l’on a confié la responsabilité d’initier de nouveaux projets, de faire évoluer ses produits ou services, ou même de repenser ses flux de travail. 

Le rôle de l’intrapreneur est donc d’imaginer et de saisir de nouvelles opportunités susceptibles de profiter à l’ensemble de son organisation. Il est encouragé à prendre des risques, à innover pour améliorer les performances ou la rentabilité de son entreprise. 

Depuis plusieurs années, son rôle est de plus en plus présent au sein des grandes entreprises. L’exemple le plus célèbre est certainement celui de Google. Ses fondateurs, Sergey Brin et Larry Page ont initié le projet intrapreunarial 20 %.  Leurs employés peuvent ainsi consacrer 20 % de leur temps aux projets qui, selon eux, profiteraient le plus à l’entreprise. Résultat : Gmail a été créé par le développeur Paul Buchheit sur ses fameux 20 %. Sa collègue, Susan Wojcicki, a quant à elle lancé AdWords et le développeur Krishna Bharat a créé Google News. 

Autre exemple d’intrapreneuriat : Facebook. Le géant des réseaux sociaux organise régulièrement des hackathons pendant lesquels ses employés sont encouragés à imaginer et développer de nouvelles idées. On pense notamment à la naissance du bouton “J’aime”.  

Quels sont les avantages de l’intrapreneuriat ?

Comparé au statut d’entrepreneur, l’intrapreneuriat présente plusieurs avantages : 

  • La stabilité : en échange d’une partie de la liberté et de l’ownership qu’ils laissent aux entrepreneurs, les intrapreneurs bénéficient d’une certaine sécurité. Notamment sous la forme d’un salaire régulier, mais aussi d’un cadre de travail plus formel, du soutien de leur organisation et des ressources (matérielles, humaines et financières) qu’elle met à leur disposition. Pour certains, c’est précisément parce qu’ils ont cette sérénité qu’ils se sentent plus libres d’innover et de tester de nouvelles idées ;
  • Des risques limités. En tant qu’intrapreneur, vous êtes globalement à l’abri des risques inhérents aux projets de nouvelles entreprises. Si votre idée échoue, votre entreprise pourra, jusqu’à un certain point bien sûr, compenser les pertes financières que vous aurez engagées. Attention cependant, votre employeur attendra aussi des résultats de votre part ;
  • L’effet de levier. Parce que vos idées sont testées dans le cadre d’une entreprise (et le plus souvent d’une grande entreprise), vous pouvez voir plus grand ou plus loin qu’un entrepreneur. Vous bénéficiez en effet des ressources de votre organisation, de son expérience notamment, mais surtout de ses moyens financiers. Votre réussite en tant qu’intrapreneur peut représenter en elle-même un effet de levier de votre carrière. Elle vous permettrait ainsi de réclamer une augmentation, ou de rejoindre une organisation encore plus prestigieuse !

 

Entrepreneuriat et intrapreneuriat : sont-ils vraiment si différents ?

Comme on a pu déjà l’entre-apercevoir, les figures de l’entrepreneur et de l’entrepreneur ne sont pas si différentes l’une de l’autre. Non seulement les actions qu’ils entreprennent sont relativement similaires (à l’exception du contexte dans lequel ils opèrent). Mais les deux partagent également de nombreux traits communs, en particulier : 

  • Le leadership. Entrepreneurs et intrapreneurs sont amenés à devoir convaincre (leurs partenaires et investisseurs pour les uns, leur employeur et collègues pour les autres) pour concrétiser leur idée. C’est leur capacité à motiver les troupes, à partager leur vision et à identifier les opportunités qui fera le succès de leur projet. Les deux profils ont donc besoin de solides compétences en gestion, en communication et d’un vrai sens du relationnel ;
  • L’adaptabilité est un autre élément essentiel à la réussite dans l’entrepreneuriat comme l’intrapreneuriat. Peu importe la qualité de votre idée, vous devrez faire face à des défis et des obstacles pour la concrétiser. Même les meilleures stratégies ne sont pas à l’épreuve de la réalité. C’est pourquoi, quelle que soit la voie que vous choisirez, vous devrez apprendre à vous adapter ;
  • La vision et l’intelligence. Dans les deux cas, entreprendre implique de comprendre quelles compétences et outils sont nécessaires pour mener à bien votre projet. Au sens large, entrepreneurs et intrapreneurs doivent savoir visualiser leur marché dans sa globalité et à identifier les tendances émergentes. 

Un contexte et des moyens qui divergent 

L’entrepreneuriat et l’intrapreneuriat divergent tout de même sur plusieurs points, malgré leurs similitudes. Le premier, bien sûr, est le contexte dans lequel ces deux notions s’imbriquent. Mais le fait d’entreprendre seul ou au sein d’un entreprise a des implications plus larges, en particulier en matière de : 

  • Objectif : l’entrepreneur souhaite apporter quelque chose de nouveau sur le marché. Tandis que l’intrapreneur souhaite plutôt améliorer les performances et la rentabilité d’une structure existante ; 
  • Motivations : Le premier est motivé par l’indépendance financière et le challenge. Le second par la compétitivité de son entreprise et l’opportunité d’évoluer en son sein ou dans sa carrière ;
  • Capital et ressources. Dans le cas de l’entrepreneur, ce sera à lui d’aller les chercher, auprès de ses proches (crowdfunding), de ses premiers clients (bootstrap) ou d’investisseurs. Dans celui de l’intrapreneur, ces ressources sont fournies (mais aussi limitées) par l’entreprise et ses priorités. 

 

Quelle voie choisir ?

Dans un contexte où les frontières entre intrapreneuriat et entrepreneuriat sont de plus en plus floues, comment choisir la voie qui vous correspond le mieux ? 

Les entreprises semblent avoir tendance à offrir une liberté toujours plus grande à leurs employés pour les encourager à innover. Elles leur libèrent même fréquemment du temps pour le faire. Ou bien, elles les incitent à prendre des risques via des parts dans la société ! L’intrapreneuriat semble bien gagner du terrain…

Par ailleurs, il est important de se souvenir que la liberté des entrepreneurs est toute relative. Et ce, notamment parce qu’elle est de plus en plus bridée par les investisseurs (peu friands en matière de risque). 

En réalité, l’élément qui pourrait vous pousser dans une voie plutôt qu’une autre est justement contextuel. Si votre idée est suffisamment innovante pour vous motiver à voler de vos propres ailes, vous irez probablement vers l’entrepreneuriat. Mais au contraire, si vous avez envie d’un filet de sécurité et que vous avez l’appétence et les compétences pour entreprendre de nouveaux projets dans le cadre de votre organisation, l’intrapreneuriat est fait pour vous !

Abonnez vous à la newsletter BOOST, l’email qui fait du bien à votre carrière.