fbpx

Comment être efficace dans sa prise de décision ?

Accueil >  Blog >  Conseil carrière >  Comment être efficace dans sa prise de décision ?

Qu’elle soit officielle, informelle, banale ou critique pour l’entreprise, la prise de décision fait partie du quotidien professionnel. Deadlines qui approchent, changements d’organisation nécessitant des choix, arbitrages à faire en urgence : décider, c’est assumer – un acte qui ne va pas toujours de soi. Car une décision peut impacter la productivité et la performance, mais aussi l’humain et les relations interpersonnelles. Alors que l’on soit employé, manager ou directeur, comment faire les bons choix au bon moment ? Comment prioriser et quelles techniques utiliser pour prendre des décisions efficaces ? Découvrez les différentes méthodes qui peuvent accompagner la prise de décision.

prise de décision

Apprendre à prendre les bonnes décisions grâce à la formation

Que la prise de décision soit notre initiative ou imposée, qu’elle touche l’humain ou l’activité, elle est influencée par le contexte mais aussi par notre nature et notre personnalité. D’où l’importance, selon les situations, d’être capable de sortir de ses schémas habituels pour s’ouvrir les perspectives et les possibilités.

Bien se connaître – notamment grâce au développement personnel – et cultiver ses soft skills sont donc essentiels à une prise de décision éclairée. En ce sens, l’accompagnement sur mesure inclus dans les formations online de l’EDHEC Business School se révèle très précieux.

Le coaching mis en place tout au long de la formation permet de progresser professionnellement et personnellement, en développant les qualités indispensables pour prendre de la hauteur, apprendre à gérer les priorités et à faire les bons choix. Pour les managers, les modules consacrés au management d’équipe du Programme Manager permettent de renforcer sa capacité à négocier et à prendre des décisions efficaces.

6 approches pour aider la prise de décision

Quelle que soit la méthode que vous allez privilégier pour décider, dans la plupart des cas c’est l’avenir qui vous dira si votre décision est la bonne. L’enjeu est donc d’appréhender les objectifs, les contraintes, les différentes solutions et leurs conséquences, pour prendre la meilleure décision possible.

#1 Réfléchir à long terme

Selon le contexte, les décisions que vous devez prendre peuvent avoir un impact sur vos collaborateurs, vos partenaires, l’organisation de votre service ou encore l’entreprise et son activité. C’est pourquoi dans toute prise de décision, il est primordial de prendre en compte et d’évaluer les effets à long terme, et de consulter les personnes concernées.

#2 Utiliser la Business Intelligence

Il s’agit de l’informatique décisionnelle, l’ensemble des outils permettant de collecter et modéliser les chiffres et les données. Ces logiciels à la fois analytiques et prospectifs produisent des graphiques et tableaux de bord pour aider la prise de décision. C’est une méthode rassurante qui apporte des arguments concrets sur lesquels s’appuyer pour justifier sa prise de décision.

Les outils de mind mapping sont notamment très utiles pour faire émerger des solutions. Cependant la Business Intelligence ne peut pas toujours se suffire à elle-même, dans le sens où elle ne prend pas en compte les facteurs humains, comme les conséquences relationnelles et émotionnelles que la décision entraîne.

#3 Décider seul

Réfléchir seul permet de ne pas subir d’influence mais fait la part belle à la subjectivité, qui varie en fonction de l’âge, du sexe, de la culture, de la personnalité, du contexte… Si vous choisissez cette option, il est essentiel de poser clairement les alternatives possibles et de savoir prendre de la hauteur, pour aborder la question sous différents points de vue.

#4 Chercher conseil auprès d’un tiers

Rassurant, un avis extérieur permet de prendre du recul dans la façon d’appréhender sa décision. Un tiers peut souligner des points positifs ou négatifs que vous auriez éludés, mais il n’a pas toutes la cartes en mains. C’est pourquoi cette option doit être considérée comme un regard extérieur et un avis complémentaire, et non comme une réponse définitive.

#5 Jouer collectif

Donner la parole avant de décider permet d’impliquer les acteurs concernés pour trouver une réponse commune. Réunions hebdomadaires, échanges informels ou brainstormings sont autant d’occasions et de façons de déléguer sa réflexion, et de décupler les points de vue.

En revanche, cette démarche peut être chronophage et peiner à aboutir si les intérêts des uns et des autres sont trop divergents – auquel cas vous devrez arbitrer.

#6 Se fier à son intuition

Paradoxalement, de plus en plus d’entreprises plébiscitent l’efficacité de la prise de décision intuitive tout en ayant du mal à admettre y avoir recours. Se fier à son intuition permet de gagner du temps mais peut aussi être risqué.

En effet, cette approche ne sera la bonne que si le décideur est en capacité de prendre du recul sur ses automatismes et ses émotions. Une bonne intuition se base donc sur la connaissance de soi, l’expérience, et la maîtrise de tous les paramètres autour de la question.

Elle s’appuie aussi sur le fonctionnement et les valeurs de l’entreprise. Présenter une décision émanant de son intuition n’est pas toujours évident ; réfléchir aux arguments qui permettront de la justifier est donc nécessaire.

Sur EDHEC Online nous utilisons des cookies pour vous garantir la meilleure navigation possible, vous proposer des services personnalisés et réaliser des statistiques de visite pour améliorer votre expérience sur le site. En savoir plus.