fbpx

Rumeurs en entreprise : comment réagir ?

Accueil >  Blog >  Management >  Rumeurs en entreprise : comment réagir ?

Qui ne s’est jamais amusé d’avoir vent d’un « scoop » dans son univers professionnel et de le partager ? Le sujet est pourtant loin d’être anodin, car les rumeurs en entreprise, qu’elles concernent la société ou la vie privée d’un collaborateur, ont parfois des conséquences très nuisibles sur l’ambiance de travail et l’engagement des salariés. Pour gérer ce type de situation, les managers ont tout intérêt à faire appel à leurs soft skills ; d’où l’importance de développer ces qualités humaines et relationnelles indispensables à un bon management. Pourquoi les rumeurs en entreprise sont-elles si banales et comment y répondre, que l’on soit victime, témoin ou manager confronté au problème ?

rumeurs en entreprise

D’où viennent les rumeurs en entreprise ?

La rumeur : un enjeu social

La rumeur est un « ragot » qui circule et dont on ne connait pas l’origine. Si elle est si répandue, c’est qu’elle occupe une fonction sociale. En effet, pour l’anthropologue Robin Dunbar, professeur à l’université d’Oxford et auteur de Grooming, Gossip and the Evolution of Language, le commérage est l’équivalent de l’épouillage chez les singes : il permet de tisser des liens, d’adoucir les conflits, de structurer le groupe et même de libérer des endorphines. Les rumeurs pourraient ainsi favoriser le bien-être, donc diminuer le stress. Attention cependant aux potins malveillants, qui peuvent entraîner la perte de confiance en l’autre et son exclusion de la communauté.

Satisfaire sa curiosité et s’intégrer au groupe

Nous avons tous une curiosité naturelle pour les informations sensibles, négatives ou sensationnelles. Et lorsqu’une rumeur est crédible – notamment lorsqu’elle émane de personnes que nous estimons « légitimes » (directeur, représentant du personnel, collègue de confiance…) – elle ne tarde pas à circuler. Les ragots les plus rapidement partagés sont ceux visant une personne clairement identifiée, ou revêtant un caractère inattendu. En effet, qu’il s’agisse de se réjouir ou de médire, l’être humain s’intéresse instinctivement à la vie de ses pairs et de la communauté dans laquelle il évolue. Et pour celui qui détient les informations, partager une rumeur est aussi une façon de s’attirer de l’attention ou de la reconnaissance.

Réagir face aux rumeurs en entreprise

Vous êtes la cible d’une rumeur

Deux situations possibles :

  1. La rumeur est insignifiante : il est préférable de prendre de la hauteur en restant indifférent ou en jouant la carte de l’humour, pour souligner la futilité du propos. En effet, si le ragot est anodin, mieux vaut l’ignorer que de tenter de le démentir (au risque de l’amplifier ou de laisser penser que si vous tenez à vous justifier, c’est qu’il existe un fond de vérité). Une rumeur sans conséquence finit toujours par s’éteindre.
  2. La rumeur est grave et crédible : rétablissez la vérité de façon factuelle, sans être dans l’émotion. Vous pouvez vous adresser directement aux personnes à l’origine des « on-dit » en mettant la situation au clair, ou rétablir les faits via un e-mail ou à l’occasion d’une réunion. Certains retournent même la situation à leur avantage en soulignant l’irresponsabilité ou la naïveté des personnes ayant rapporté les commérages.

Vous êtes témoin d’une rumeur

Avant tout, respectez vos collaborateurs en évitant de répéter et d’alimenter les rumeurs les concernant, d’autant plus si elles relèvent de la sphère privée. Car ce type de comportement peut avoir un impact désastreux sur l’ambiance au sein d’une équipe ou d’une entreprise. Si des commérages affectent négativement un collaborateur, n’hésitez pas à lui en parler directement avant que la situation ne dégénère. En effet, il arrive que des rumeurs sérieuses se soldent par des poursuites judiciaires.

Les rumeurs concernent l’entreprise

Si les rumeurs concernant les salariés peuvent se contenter d’être croustillantes, celles concernant l’entreprise expriment souvent une inquiétude. Rachat, fusion, changement de direction, restructuration, réorganisation d’un service… Les rumeurs surviennent lorsque l’entreprise s’abstient de fournir des informations officielles. Ces « bruits de couloir » ne sont généralement que des fragments de vérités : la meilleure attitude à adopter est simplement de se renseigner auprès de sa hiérarchie, et de prendre du recul pour démêler le vrai des affabulations.

Gérer les rumeurs en tant que manager

Lorsque les rumeurs prennent de l’ampleur, c’est au manager de rassurer ses collaborateurs pour y mettre fin et ne pas laisser la situation se dégrader. Nombre de rumeurs en entreprise sont issues de malentendus : c’est pourquoi il est nécessaire d’être réactif et de donner la parole pour clarifier les choses. Par exemple, si vous constatez qu’un membre de votre équipe est victime de ragots et en souffrance au sein du groupe, ou qu’une rumeur s’intensifie, n’hésitez pas à recadrer ceux qui en sont à l’origine. L’idée n’est pas d’abuser de son autorité, mais de jouer son rôle de leader en affrontant le problème avec pédagogie. Il s’agit d’expliquer l’importance de la situation en faisant preuve de tact et de discernement, en tenant des propos crédibles, et en évitant la rétention d’informations (qui peut être source de divisions). Anticipez les questions qui vont vous être posées et appuyez vos réponses sur des vérités. Soyez :

  • transparent
  • positif
  • rassurant
  • à l’écoute

Pour faire face aux rumeurs en entreprise, une bonne communication managériale est fondamentale. Les formations en management, comme le Programme Manager Online de l’EDHEC Business School, sont très utiles pour apprendre à gérer les problématiques touchant aux relations interpersonnelles, et progresser dans sa façon de communiquer avec son équipe.

Sur EDHEC Online nous utilisons des cookies pour vous garantir la meilleure navigation possible, vous proposer des services personnalisés et réaliser des statistiques de visite pour améliorer votre expérience sur le site. En savoir plus.