fbpx

DAO (Decentralized Autonomous Organization) : portrait du futur

Accueil >  Blog >  Futur du travail >  DAO (Decentralized Autonomous Organization) : portrait du futur

Le futur est en marche, et il prend la forme des DAO.

La DAO (pour Decentralized Autonomous Organization) est une nouvelle forme d’organisation qui implique d’inscrire ses règles dans la blockchain. Ces règles sont ensuite partagées à chacun des membres de l’organisation de manière transparente, sans passer par un gouvernement ou un organisme centralisé. Plus besoin de figure d’autorité, puisque les règles sont codées dans la blockchain !

Dans un monde de plus en plus globalisé, où la collaboration entre un grand nombre de personnes, non seulement éloignées physiquement mais ne partageant pas forcément la même culture ou les mêmes intérêts, les DAO permettent de favoriser la collaboration et l’échange de valeur dans un environnement fiable.

Mais concrètement, comment cela marche-t-il ?

DAO

Pourquoi les DAO sont-elles en train de révolutionner la manière dont nous collaborons ?

A la base de toute révolution, il y a une utopie. La philosophie crypto-utopique consistait à remplacer des institutions (dans ce cas précis financières) défectueuses. Son objectif était de créer un nouveau système monétaire basé sur la blockchain.

A l’origine, les crypto-monnaies n’étaient donc pas pensées comme une classe d’actifs, mais comme un système de paiement alternatif. Pour remplacer la confiance octroyée par le chapeautage d’une banque centrale, les contrats intelligents ont été créés (Smart Contracts) comme forme de gouvernance incorruptible. La DeFi, quand à elle, combine les deux pour soutenir un système financier plus juste, plus fiable et plus efficace que celui qui a implosé en 2008.

Les DAO quant à elles, sont la version alternative boostée à la blockchain des organisations et entreprises traditionnelles.

VItalik Buterin, créateur d’Ethereum à qui l’on doit également le terme de DAO la définit simplement comme une entité digitale existant de manière autonome, mais qui s’appuie aussi fortement sur des êtres humains pour effectuer certaines tâches. Allier Intelligence Artificielle (IA) et composante humaine permet à cette configuration de croître plus rapidement. Mais aussi, de fonctionner plus efficacement, puisqu’elle élimine les intermédiaires comme les CEO, les managers, et leur leadership sujet à la critique…

Décentralisation et autonomie : les deux éléments constitutifs d’une DAO

Pour être considérée comme une DAO, une organisation doit donc être :

  • Décentralisée. C’est la caractéristique centrale de toute organisation basée sur la blockchain. A savoir qu’il n’y a ni organisme de gestion central, ni hiérarchie. Le contrat intelligent formalise les règles de l’organisation et détient ses actions. Personne ne peut modifier les règles sans que les autres membres ne s’en aperçoivent, puisque tout le monde a accès à la blockchain et que celle-ci est mise à jour en temps réel. Le groupe, qui peut être éparpillé dans le monde entier, est donc soudé par la détention du même token. Chaque détenteur exerce son droit de vote, contribue au capital ou effectue d’autres tâches qui lui donnent accès à davantage de tokens ;
  • Autonome. Dans une organisation autonome, l’humain fait office de support et la technologie est centrale. Les développeurs des premières DAO pensaient qu’ils pouvaient éliminer l’erreur humaine ou la manipulation des fonds par les investisseurs en plaçant le pouvoir de décision entre les mains d’un système automatisé et d’un processus de crowdsourcing…

 

Une DAO doit également réunir certains éléments pour être pleinement fonctionnelle :

  • Tout un ensemble de règles encadrant son fonctionnement ;
  • Un mode de financement, comme des tokens que l’organisation peut distribuer pour récompenser certaines activités de ses membres. Mais aussi pour offrir un droit de vote. Notamment pour modifier les règles existantes ou pour en établir de nouvelles ;
  • Avoir construit une structure sécurisée qui favorise une relation de confiance entre chaque membre. Et qui permet également aux investisseurs de configurer efficacement leur organisation.

Comment les DAO sont-elles utilisées aujourd’hui ?

A ce jour, les DAO sont utilisés à de nombreuses fins telles que l’investissement, la charité, la collecte de fonds, l’emprunt ou l’achat de NFT. Le tout, bien sûr, sans aucun intermédiaire. Pour prendre un exemple concret, celui d’une ONG, une DAO lui permettra de collecter des fonds de n’importe quel donateur à travers le monde. Elle offrira à chacun d’entre eux la possibilité de décider comment dépenser ces fonds.

La DAO est également en train de transformer la scène artistique, et plus particulièrement la propriété intellectuelle. Les fans d’un artiste peuvent ainsi devenir propriétaires de l’un de ses titres via un NFT. Ce fut par exemple le cas pour une chanson originale du DJ Steve Aoki. Ou plus récemment, du dernier single de Booba

Plus globalement, le terme de DAO est une notion universelle, qui englobe un très grand nombre de types organisationnels. On retrouve donc sous le même parapluie sémantique des clubs :

  • d’investisseurs. Comme le HerStory DAO et Komorebi Collective DAO, qui financent des projets de femmes et personnes non binaires. Mais aussi MetaCartel Venture DAO, une entreprise à but lucratif qui investit dans des applications décentralisées à un stade précoce ;
  • de collectionneurs de NFT (PleasrDAO) ;
  • sociaux exclusifs (de type country clubs, dans lesquels il faut payer pour faire partie d’une communauté). Un bon exemple que l’on peut citer est celui de Friends with Benefits DAO.

 

Quels sont les avantages d’une organisation décentralisée pour les entreprises ?

Une DAO peut apporter de nombreux avantages aux entreprises. Et ce, notamment en améliorant leur structure organisationnelle traditionnelle.

Son modèle décentralisé et autonome impactera notamment :

  • La motivation des membres. L’objectif principal de toute entreprise est de faire du profit. Les employés, quant à eux, sont initialement motivés par leurs salaires et les avantages sociaux qui leur sont offerts. Mais il est malheureusement impossible d‘alimenter ces deux éléments de manière continue sur le long terme. La DAO booste l’engagement en impliquant les employés dans les décisions stratégiques, les liant au succès de l’organisation. Abaisser la barrière à l’entrée et permettre à ses collaborateurs d’acquérir un petit nombre de tokens permettra donc à une entreprise classique de muter vers une DAO ;
  • Une libéralisation du processus décisionnel. La DAO brise les obstacles bureaucratiques et l’inéquité d’un système pyramidal, en permettant à chacun de ses membres d’avoir son mot à dire. Les étapes de communication pour faire remonter une bonne idée sont réduite au strict minimum en l’absence d’intermédiaire hiérarchique. Le système de vote collégial permet aussi de réduire les risques de prendre une mauvaise décision ;
  • Une collaboration plus efficace. Une DAO ne recrute pas d’employés, elle embauche des sous-traitants. Ces nouveaux membres peuvent avoir de nouveaux rôles, même minimes et temporaires. La technologie blockchain permet d’effectuer des paiements efficacement et à grande vitesse. Toute personne ayant suffisamment d’expertise peut contribuer à un DAO et être rémunérée pour sa participation. La qualité de son travail sera de plus mieux évaluée, puisqu’elle le sera par l’ensemble de la communauté ;
  • Des processus clairs. Une DAO peut simplifier les processus lui étant liés, et surtout les automatiser. Le travail juridique est enregistré par des contrats intelligents, les paiements sont effectués automatiquement en fonction du résultat. Et les décisions sont prises plus rapidement et par l’ensemble du groupe.

 

Ces organisations qui choisissent la décentralisation

Les DAO sont le modèle commercial le plus rentable et le plus équitable jamais conçu. Ils renforcent les faiblesses des entreprises centralisées traditionnelles, mais aussi des projets de blockchain. Une vrai DAO n’a qu’un seul intérêt à protéger : celui de l’organisation elle-même.

Et d’ailleurs, de nombreux leaders de la blockchain œuvrent déjà pour amener la révolution DAO dans le monde de l’entreprise. DAOStack, par exemple, les aide à créer des incitations crypto-économiques fiables pour les processus individuels relevant de leur compétence. L’objectif est de reproduire chaque fonction commerciale sous la forme d’un contrat intelligent afin que l’exécution des décisions de gouvernance puisse se dérouler sans accroc.

Jelurida/Ardor est un autre projet DAO ambitieux. Cette plate-forme basée sur Java permet de créer des blockchains personnalisées. Elle comprend une fonctionnalité de tokenisation, une place de marché reliant plusieurs services de blockchain, un système de vote, etc. Sa force est d’éviter la congestion typique de la technologie, qui affaiblit des solutions comme Ethereum. Résultat : une plus grande évolutivité du fait de la séparation entre la fonction de gouvernance de l’élément transactionnel.

 

DAO : un futur fait de défis et d’une bonne dose d’inconnu

Malgré leur popularité croissante, les DAO ont encore un long chemin à parcourir avant d’atteindre l’adoption par le grand public. Beaucoup restent en effet très éphémères – et ce, notamment parce que les investisseurs ont tendance à se précipiter sur les nouveaux projets sans étudier leur viabilité sur le long terme.

Les DAO devront également surmonter de nombreux défis réglementaires et juridiques potentiels, en particulier aux États-Unis et en Europe.

Malgré les inconnues, il semble évident que les DAO sont faites pour rester. Et qu’elles continueront de disrupter les structures organisationnelles classiques. Avec, en filigrane, le rôle toujours plus déterminant des communautés. C’est en effet de l’efficacité de leur gouvernance que dépendra la confiance en un système décentralisé. Et finalement, sa valeur !

Pour recevoir nos conseils sur la formation et le développement professionnel,
abonnez vous à BOOST, l’email qui fait du bien à votre carrière.