fbpx

Comment prendre du recul
lors d’un blocage au travail ?

Accueil >  Blog >  Conseil carrière >  Comment prendre du recul
lors d’un blocage au travail ?

Certains jours, il arrive que l’on se sente découragé ou bloqué dans son travail. Sensation de surcharge, manque d’idées, stress, lassitude… En France, quatre professionnels sur dix estiment d’ailleurs que leur charge de travail est excessive. Lorsque l’on rencontre une telle situation, redoubler d’efforts peut parfois s’avérer contre-productif. Au contraire, il devient essentiel de prendre du recul sur son travail pour gagner une vision d’ensemble et retrouver un état d’esprit favorable. Mais cela est plus facile à dire qu’à faire. Comment faut-il s’y prendre ? Quelles sont les meilleures méthodes à appliquer pour prendre du recul ? Voici quatre techniques pour dépasser un blocage et retrouver le bien-être.

prendre du recul

#1 Hiérarchisez pour mieux gérer

Redéfinir l’importance de chaque tâche

La sensation d’urgence est un symptôme fréquent d’un blocage au travail. Chaque nouvelle tâche semble plus urgente que la précédente, et il devient plus difficile de vous concentrer. Dans cette situation, il est essentiel de prendre du recul en commençant par redéfinir correctement l’importance de chaque tâche et distinguer ce que vous devrez traiter en priorité.

Prioriser

Pour ce faire, vous pouvez utiliser la matrice d’Eisenhower : cet outil plébiscité par le 34ème président des États-Unis consiste à ranger vos missions dans un tableau à quatre cases. Les tâches peuvent ainsi être triées selon quatre catégories :

  • Peu urgentes et peu importantes
  • Urgentes mais peu importantes
  • Importantes mais peu urgentes
  • Importantes et urgentes

Naturellement, votre attention devra se porter en priorité sur les tâches dont la deadline est proche et qui revêtent une importance élevée.

Déléguer

Dans la mesure du possible, tentez de déléguer les tâches urgentes mais peu importantes afin de vous focaliser sur l’essentiel. Pour que cette méthode fonctionne, il est crucial que vous vous distanciez du sentiment d’urgence pour estimer la pression temporelle des tâches le plus objectivement possible. Si vous trouvez cela trop difficile, n’hésitez pas à solliciter le regard extérieur d’un collègue ou d’un supérieur.

#2 Repensez votre manière de communiquer

Une fois que les tâches sont correctement hiérarchisées, essayez de diminuer le stress à sa source en réinventant votre manière de communiquer avec vos collègues et votre management. Si ceux-ci peuvent vous spécifier pour chaque nouvelle tâche son contexte, son importance et son urgence, ils vous aideront à savoir rapidement comment et quand appréhender cette nouvelle mission. Si vous le pouvez, instaurez systématiquement cette règle pour toute communication par mail.

Par ailleurs, si vous occupez une position de management, la délégation peut vous apporter une aide précieuse : définissez avec votre équipe les situations dans lesquelles vous pouvez leur faire confiance pour gérer une situation de manière autonome. Cela créera un climat de confiance au sein de votre équipe et libérera votre temps pour vous concentrer sur l’essentiel.

#3 Menez une réflexion sur votre éthique de travail

Dans d’autres cas encore, un blocage peut provenir de votre propre personnalité : si par exemple il vous arrive de vouloir souvent apporter des retouches à un travail déjà terminé, cela peut faire perdre du temps et transformer une mission simple en une tâche chronophage. Dans ce cas de figure, prendre du recul consiste à lâcher prise et à mener une réflexion sur votre propre éthique de travail.

  • Quand pouvez-vous considérer que votre travail est bien fait ?
  • À quel moment investir plus de temps ne génère qu’un faible retour sur investissement ?
  • Faites-vous assez confiance à vos collaborateurs pour assurer leur partie du travail ?

Pour compléter cette réflexion, planifiez chaque étape de vos projets et prévoyez le temps que vous souhaitez passer sur chaque étape. De cette manière, vous vous assurez de garder un regard objectif sur votre gestion de projet.

#4 Prenez du recul en stimulant votre créativité

Parfois, le besoin de recul est une question de créativité. Vous ne parvenez pas à définir l’approche que vous imaginiez pour un projet, et passer plus de temps sur le problème ne semble pas vous aider ? Dans ce cas, prendre du recul consiste à sortir du cadre de réflexion dans lequel vous vous êtes enfermé malgré vous, en commençant par demander de l’aide.

La première intuition est de se référer à quelqu’un de votre équipe, mais si ceux-ci ne peuvent pas vous épauler, peut-être pourriez-vous trouver un avantage à solliciter quelqu’un d’autre : un collaborateur d’un secteur différent, voire même un(e) ami(e) complètement extérieure à l’entreprise. Exposez-leur votre problématique, et imprégnez-vous de leur réflexion pour aborder votre problème sous un angle nouveau.

Pour plus d’efficacité, n’hésitez pas à avoir recours à un coach. En effet, le coach est avant tout une personne entraînée pour vous offrir un reflet extérieur sur vos propres pensées et vous amener à approfondir naturellement vos réflexions. C’est d’ailleurs la raison pour laquelle les formations en ligne de l’EDHEC Business School incluent des séances de coaching : pour vous aider à faire le point sur votre parcours et trouver la voie dans laquelle vous vous épanouirez pleinement.

Sur EDHEC Online nous utilisons des cookies pour vous garantir la meilleure navigation possible, vous proposer des services personnalisés et réaliser des statistiques de visite pour améliorer votre expérience sur le site. En savoir plus.