fbpx

La pédagogie 42 avec Alexandre Charbonnier

Accueil >  Blog >  Formation en ligne >  La pédagogie 42 avec Alexandre Charbonnier

Alexandre Charbonnier, Directeur Technique et Pédagogique de l’école 42 Nice, a un parcours professionnel détonnant. À seulement 25 ans, il est déjà responsable du déploiement et du maintien des outils pédagogiques, ainsi que du suivi des cursus de la fameuse formation en informatique nouvelle génération et entièrement gratuite, fondée par Xavier Niel et Nicolas Sadirac

Alexandre Charbonnier - Directeur Technique et Pédagogique ECOLE 42

Le parcours d’Alexandre Charbonnier

Lui-même diplômé de 42 Paris en 2017, Alexandre nous confie avoir déjà eu de nombreuses expériences professionnelles en entreprise. « Je n’avais pas la possibilité de financer mes études, ce qui m’a poussé à travailler en parallèle de mon cursus académique dans plusieurs entreprises – 8, pour être précis.

J’ai pu me construire une expérience à la fois dans des startups qui venaient de se lancer, mais aussi certaines un peu plus matures. À la suite de ces expériences, j’ai postulé pour  le poste de Directeur Technique et Pédagogique de 42 Nice. »

Le rôle d’Alexandre implique des responsabilités diverses, en lien avec le maintien de conditions d’apprentissage optimales pour les élèves de l’école. « Mon rôle va du management de l’ensemble des outils pédagogiques, à la mise à jour des serveurs et des flottes d’équipements de l’école, en passant par la mise en place, la mise à jour et le suivi des cursus pédagogiques, suivant les directives du réseau 42 dont dépendent la plupart des sujets. »

Alexandre est ainsi garant de la bonne mise en musique de la pédagogie 42, qui a fait la réputation de l’école en France comme à l’international : la pédagogie par projet.

La pédagogie par projet de 42 : favoriser l’apprentissage par la pratique, en autonomie

La pédagogie par projet

Comme le résume Alexandre pour expliquer l’approche chère à 42, la pédagogie par projet consiste à demander à nos apprenants de fonctionner par projets, qu’ils doivent nous rendre dans des temps impartis.

Cela peut être par exemple de développer un programme qui réalise des fonctions données dans le sujet. Une fois le projet terminé, il est corrigé par un pair de l’étudiant (ce que nous appelons le ‘peer correcting’). Le but de cette approche est d’encourager les étudiants à s’aider entre eux, plutôt que d’aller voir le staff s’ils ont un problème.” 

« Chacun est garant de son propre apprentissage. »

« Suivant cette approche, le personnel  encadrant de 42 Nice assure donc plus du suivi étudiant global qu’au cas par cas, encourageant l’autonomisation de chaque étudiant. Chez nous, la formation, ce n’est plus du magistral, et c’est d’ailleurs ce que nos apprenants apprécient en venant ici, l’autonomie, la solidarité entre les étudiants”, précise Alexandre.

« Chacun est garant de son propre apprentissage. Nous nous contentons de leur indiquer quelles notions ils doivent s’approprier par le biais de chacun des projets qu’ils mènent. »

Le peer-correcting

Le ‘peer correcting’ joue un rôle important dans le processus d”apprentissage. Comme l’explique Alexandre Charbonnier, c’est très simple ! Chaque projet qu’un élève rend doit être corrigé par ses pairs. « Ça marche via notre système interne, d’un côté « l’étudiant correcteur » indique un créneau de disponibilité pour corriger des projets, « l’étudiant corrigé » voit l’ensemble des créneaux et choisit celui qui lui convient pour se faire corriger sur le projet de son choix.

Les correcteurs arrivent à la réunion avec le barème du projet que nous leur avons communiqué. Ce modèle permet d’approfondir les notions et de ne pas passer à côté de petites erreurs. Par ailleurs, il bénéficie autant à l’évaluateur qu’à l’évalué, car il permet à chacun de se challenger sur sa vision des choses, en générant de l’échange d’informations et une discussion.”

Une pédagogie axée sur la pratique, qui intègre la culture de l’échec

La culture de l’échec

La pédagogie 42 reconnaît aussi l’échec comme inévitable, et même souhaitable. “Je pense que cette approche vient des États-Unis”, explique Alexandre. “L’apprentissage par la pratique est une notion très présente là bas, surtout sur la volonté de ne pas s’arrêter à ses échecs. Je pense que le fait de ne pas se décourager, de persévérer, d’expérimenter et de recommencer quand on échoue est très ancré dans la culture anglo-saxonne.

Cette pédagogie pour nous a beaucoup de sens, car en développement informatique on ne réussit pas forcément du premier coup. Mais avec motivation, persévérance et apprentissages tirés de leurs échecs, les élèves peuvent progresser et grandir.” Cette pédagogie est appliquée à travers l’ensemble des campus de l’école. 

La responsabilisation de l’étudiant

Autre brique importante de la pédagogie 42 : l’autonomisation et la responsabilisation des apprenants. “Nous n’avons pas d’horaires fixes imposés aux étudiants. Ils gèrent leur agenda comme ils le veulent, et hors période de pandémie, nos campus sont ouverts 24 heures sur 24, 7 jours sur 7.

Pourquoi ? Parce que nos apprenants sont parfois des gens qui sont salariés, père ou mère de famille, ou qui ont d’autres contraintes et ne sont pas forcément disponibles de 9h à 18h. Lorsqu’ils intègrent 42 Nice après un processus de sélection, nous ne les obligeons donc pas à être sur place sans arrêt, c’est à eux de gérer leur planning en toute autonomie.”

Un processus de sélection rigoureux et intense

Le process d’admission

Avant de décrocher le Graal et d’intégrer 42 Nice, plusieurs épreuves doivent être relevées par les aspirants étudiants ! À commencer par un processus de sélection intense, appelé la piscine. Alexandre nous en décrit les étapes pendant notre entretien : “Postuler pour rejoindre 42 Nice commence par une inscription sur le site pour les admissions, suivie d’un test de mémoire et d’un test de logique en ligne.

La piscine

Une fois que ces tests sont réussis, ils peuvent sélectionner ce que l’on appelle une ‘piscine’, c’est-à-dire 4 semaines d’épreuves de sélection. Nous organisons environ 6 piscines par an. Une fois que l’inscription à la piscine est validée, les 4 semaines d’examens sont intenses !

Pour commencer, pendant 3 semaines, du lundi au vendredi, les candidats ont une notion à apprendre par jour, via des exercices pratiques. Le vendredi après-midi, ils sont soumis à un examen de 4 heures pour restituer tout ce qu’ils ont appris pendant la semaine. A la fin de chaque examen, chaque semaine, nous débloquons le projet du weekend. Répartis en groupes de 3 à 5, les candidats ont jusqu’au dimanche à 23h42 pour rendre les livrables attendus, que nous corrigeons ensuite.

Et pour finir, la dernière semaine (la quatrième, donc), nous leur faisons faire la même chose du lundi au jeudi, puis clôturons le dernier vendredi par un examen final qui dure 8h.”

Une succession d’épreuves exigeantes, permettant de sélectionner les candidats les plus motivés. Mais au-delà de la sélection effectuée par la piscine, promouvoir la diversité dans les métiers de l’informatique est un réel enjeu pour 42 Nice.

Promouvoir la diversité dans les métiers de l’informatique

Comme l’explique Alexandre, “aujourd’hui, dans la tech, la parité est loin d’être atteinte et les minorités, les personnes en situation de handicap, ou issues de milieux défavorisés ne sont pas assez représentées.

Notre but est de lancer de plus en plus d’opérations dédiées à ces populations, pour les encourager à candidater et à nous rejoindre ! Nous avons développé un processus de sélection dans l’équité.

Nous ouvrons ainsi nos portes à celles et ceux qui se sont le plus engagés, qui ont été le plus motivés pendant la piscine, pour permettre à tous de saisir leur chance.”