fbpx

Chloé Simon

Etudiante ,  MSc in International Business Management

Chloé Simon poursuit actuellement le MSc Online International Business Management de l’EDHEC. Désireuse de construire sa carrière à l’internationale, elle a fait le choix d’une formation en ligne pour sa flexibilité, et au sein d’une Ecole pour ce sentiment de communauté et d’appartenance.

Entre cours et séances de coaching, elle saisit toutes les opportunités de mûrir son projet professionnel et son objectif de carrière.

 

 

Pouvez-vous nous parler de votre parcours avant de rejoindre le Master Online de l’EDHEC ?

Après mon Bac S, je me suis dirigée vers des études d’ingénieur, c’était le choix logique que mes professeurs me conseillaient. Ça ne m’a pas du tout plu, c’était très théorique, j’ai su tout de suite que ce n’était pas fait pour moi. Après avoir validé mon année, j’ai basculé vers un domaine totalement différent, une école d’art. Ça s’est très bien passé mais je me suis rendue compte qu’il n’y avait pas vraiment d’opportunités pour moi dans ce domaine. Je considérais ça plutôt comme un hobby que comme un futur emploi.

C’est à ce moment-là que j’ai décidé de me tourner vers le commerce, j’ai fait 3 ans de Bachelor en commerce international à GEM (Grenoble Ecole de Management). J’ai été diplômée l’année dernière, major de promo. Initialement, je voulais partir à l’étranger tout de suite après mes études. Avec le Covid, j’ai dû rester en France et je me suis dit que c’était une bonne opportunité pour acquérir un bagage de plus. C’est pourquoi je me suis lancée dans le MSc International Business Management de l’EDHEC.

J’ai également environ 1 an d’expérience professionnelle dans les domaines de l’immobilier et du tourisme, que j’ai acquises pendant ces 3 derniers étés, à travers notamment des stages obligatoires dans le cadre de mon Bachelor in International Business.

 

Comment avez-vous fait le choix de ce Master Online ?

J’avais fait le choix de me tourner vers une formation en ligne. Je ne voulais pas que ce soit une formation où je travaille toute seule, isolée. Je voulais faire partie d’une école, et bénéficier de cette flexibilité de suivre les cours de chez moi, sans avoir à me déplacer sur le campus de Paris, par exemple. Financièrement, cela aurait été compliqué. Le choix était donc assez logique de s’orienter vers des études à distance. J’ai un petit peu comparé les offres. Les formations de l’EDHEC m’ont semblé être celles où il y avait le plus ce sentiment d’appartenance à l’École, malgré le système online. Je me suis donc lancée et j’ai candidaté.

J’ai aussi beaucoup apprécié l’opportunité de rejoindre un programme de formation continue dédié à des professionnels. Je suis contente d’avoir pu l’intégrer, malgré mon jeune âge, grâce à mon parcours. Je pense que ce type de programme m’apporte beaucoup plus qu’un programme de formation initiale classique, car il y a un plus d’accent sur la mise en pratique des cours dans le milieu professionnel.

 

Choisir une formation en anglais était votre objectif ?

Le Bachelor que j’ai suivi à GEM était 100% en anglais. C’était vraiment un souhait de ma part de continuer dans cette voie. Bien que je ne sois pas partie à l’étranger, j’ai quand même eu une sensation “d’international” à travers ce parcours.

 

Comment se passe la formation en ligne et les échanges avec le reste de votre promotion ?

Ça se passe très bien, mais cela demande de l’investissement. Je fais partie de la 1ère promo qui a débuté en octobre-novembre 2020. A chaque trimestre, une nouvelle promo arrive. En octobre-novembre dernier, on était 20, le noyau de base. On doit être une cinquantaine maintenant. Cela crée des opportunités de découvrir de nouvelles personnes.

Il y a une grande diversité en termes de nationalités au sein du MSc, mais ce qui est très enrichissant également, c’est la diversité en termes de secteur et d’étapes de carrière. La moyenne d’âge est de 30 ans, il y a des managers, des personnes avec plus de 10 ans de carrière qui sont en transition, d’autres qui souhaitent rester dans leur entreprise mais pouvoir prétendre à des postes à plus de responsabilités, etc. Nous avons tous des origines, des parcours, des motivations et des objectifs très différents. Je suis la plus jeune, j’ai donc la chance de bénéficier de leur expérience et de leur recul sur le monde du travail ce qui est très enrichissant, notamment pendant les coachings collectifs.

 

Quand on suit une formation en ligne, on peut parfois se sentir un peu seul devant son écran. Le coaching mis en place au sein des formations d’EDHEC Online est justement là pour accompagner dans la formation mais aussi le projet de carrière. Quels bénéfices en retirez-vous ?

Les premiers trimestres étaient plus concentrés sur les cours en eux-mêmes puis on a commencé à avoir du coaching, en individuel et en groupe. En séances de groupe, on peut se donner du feedback et cela permet de connaître les membres de notre promo.

Avoir du coaching était très important pour moi. Les cours me permettent de renforcer la base que j’ai acquise pendant mon Bachelor. Mais c’est surtout toute cette réflexion que l’EDHEC me permet d’avoir sur mon parcours, sur le futur, qui m’est utile. Quand j’ai intégré l’EDHEC, je n’avais aucune idée de la voie vers laquelle m’orienter. Même si je ne la connais pas encore précisément, mon projet avance bien. Quand j’aurai mon diplôme en février-mars, je souhaiterais partir à l’étranger. Je sais que tout ce qui est mis en place en ce moment comme les coachings, etc., m’aidera à trouver ma voie.

Nous avons aussi le consulting project. Jusqu’à la fin du MSc, on travaille en partenariat avec une entreprise sur une problématique définie. J’ai l’opportunité de travailler avec Marriott, car je suis intéressée par le secteur de l’hôtellerie. Cela nous apporte une expérience professionnelle supplémentaire, on adopte un peu une posture de consultant, on fait des recherches, on propose des stratégies, etc. Cela permet aussi de mûrir le projet professionnel.

 

Comment conciliez-vous votre formation et votre vie personnelle ?

Quand on commence un trimestre, on a accès à tous les cours du trimestre. C’est ensuite à nous de suivre le planning, mais si l’on a un peu de temps, on peut continuer. Il faut savoir s’arrêter et séparer la partie “études” de la partie “vie privée”.

 

Comment voyez-vous votre carrière dans les prochaines années ?

Je n’ai pas encore de plan de carrière précis. On travaille d’ailleurs sur ça en ce moment pendant les séances de coaching. J’ai l’impression d’avoir 10 cerveaux qui veulent avoir 10 carrières différentes dans 10 pays différents. C’est un peu compliqué de choisir ! Il y a beaucoup de domaines qui m’intéressent, l’hôtellerie, les ressources humaines, le conseil. Rien n’est fixé pour l’instant mais cela va évoluer dans les mois à venir. Je veux partir à l’étranger en tout cas.

En plus des coachings, je participe à des événements EDHEC alumniMême en tant qu’étudiant online, on fait partie des Alumni et ce sans attendre d’être diplômé. J’essaie de maximiser toutes les opportunités de réfléchir sur mon projet professionnel.

 

Quels conseils donneriez-vous à une personne qui souhaite se former en ligne ?

Il ne faut pas être réticent à suivre une formation en ligne en pensant que l’on sera “mis de côté”. Il faut choisir la bonne formation en ligne, avoir un cadre, connaître ses objectifs. Par exemple, si vous souhaitez vous améliorer en finance ou marketing, vous vous concentrez sur les cours en eux-mêmes et y consacrez plus de temps. Si votre objectif, comme cela est mon cas, est de solidifier les bases tout en réfléchissant à votre carrière, vous passez moins de temps sur les cours et investissez plus dans le coaching, le consulting project, le réseau alumni, et tout ce qui peut permettre de développer le projet professionnel. C’est à nous de faire en sorte que le programme corresponde à ce qu’on en attend.

 

Le mot de la fin ?

Quand on sait qu’on est prêt à dédier du temps à une formation, il faut se donner les moyens de réussir pour en tirer le meilleur.